Page:Adhémar - La philosophie des sciences et le problème religieux.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Il semble qu’ici l’influence du temps se fera sentir d’une manière plus profonde que chez les êtres inanimés où un phénomène semble bien n’être déterminé que par ceux qui viennent de le précéder. Pour les vivants, les phénomènes qui ont précédé à intervalle de temps fini restent influents : c’est la doctrine même de l’évolution.

Mais c’est à peine si les Sciences de la vie commencent à devenir rationnelles.

Il n’en sera pas parlé ici.

C’est surtout des Sciences physiques que nous nous occuperons.

Comme, d’ailleurs, la Physique théorique est, par un côté, une Analyse mathématique appliquée, nous examinerons d’abord rapidement les Mathématiques en quelques pages qu’un lecteur non géomètre pourra laisser de côté.