Page:Allais - Le Boomerang.djvu/150

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


remplacer Mlle Brandès à la Comédie-Française !

Et puis, ça ne serait pas de la famille… de la grande famille française.

Cependant, si Le Briquetier triomphait, il ne pouvait se défendre d’en concevoir une amertume, dam ! assez compréhensible : mettez-vous à sa place.

Il se perdait en divagations psychologiques, et sa tête lui semblait plus lourde qu’un tombereau plein.

Cette sensation, qui n’était pas seulement intra-cranienne, mais avait gagné le cuir lui-même, lui causait un tel mal aux cheveux, qu’avant de poursuivre des raisonnements jusqu’à la limite où l’infini commence, il s’avisa que l’eau de seltz mélangée à un vin blanc-curaçao s’imposait.

Le curaçao, il tint à l’ajouter au vin blanc pour faire honneur à son sauveteur d’hier, le sympathique Berg-op-Zoom.

Le Hollandais, voyant son jeune ami honorer de la sorte la boisson de son pays, n’hésita pas à lui rendre courtoisement la réciprocité en se taillant une