Page:Allais - Le Boomerang.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



CHAPITRE TREIZIÈME.Dans lequel il ne se passe rien d’extraordinairement sensationnel, pas plus au point de vue de la marche des événements qu’au sujet de l’état d’âme des personnages, mais que l’auteur a cru néanmoins devoir publier, en vertu de cette considération qu’étant rémunéré à tant la ligne, ce serait un acte de pure folie de sa part, après avoir écrit plusieurs pages, même vides d’intérêt, de les utiliser à allumer son feu, son modeste feu de coke.


Les jours passèrent silencieux et calmes, à la Cloche-de-Bois.

Berg-op-Zoom éparpillait son argent. Le duc de Richelieu, gorgé d’or hollandais, offrait aux cochers d’innombrables petits verres chez les marchands de vins des environs et s’achetait des cravates en soie vert-pomme, nuance pour laquelle il avait toujours nourri le goût le plus vif.