Page:Angellier - Le Chemin des saisons, 1903.djvu/120

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





QUESTIONS.




« Que fais-tu des secrets que ne dit point ta bouche ? »
— « J’en fais mon air farouche, »
« Que fais-tu des soupirs que ton cœur garde en lui ? »
— « J’en fais mes jours d’ennui. »
« Que fais-tu des baisers arrêtés sur ta lèvre ? »
— « J’en fais mes nuits de fièvre. »
« Que fais-tu de l’amour que ton vouloir enchaîne ? »
— « J’en fais pour toi ma haine. »