Page:Anonyme - Rondeaux et autres poésies du XVème.djvu/6

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
RONDEAUX

aussi bien qu’à manier l’épée, les recueils de poésie ne manquent pas, il est vrai, mais les pièces sont presque toujours anonymes ; les documents sontnombreux, mais les auteurs ne se nomment pas.

Aussi est-ce une bonne fortune de rencontrer un manuscrit[1] comme celui que nous publions, où les auteurs sont mentionnés, et parmi eux plusieurs nouveaux venus pour l’histoire littéraire. Nous trouvons en effet dans ce recueil, à côté de grands personnages célèbres par leur talent poétique, Charles d’Orléans, Marie de Clèves, sa femme, le comte de Clermont, Jean d’Estouteville, Jean de Lorraine, Boucicaut, ou d’écrivains de profession, Blosseville, Vaillant, Meschinot, Martin Le Franc, Busnois, d’autres poètes dont l’histoire nous avait seulement conservé le nom, Jeanne Filleul, Jamette de Nesson ; d’autres, hommes politiques ou hommes d’épée déjà connus, se révèlent rimeurs pour la première fois, Antoine de Guise, Tanneguy du Chastel, Eustache d’Espinay, André Giron, Thomas de Loraille ; d’autres enfin, ce sont les plus nombreux, Antoine, d’Orvilier, Regné d’Orange, Jeucourt, C. Blosset, Le Roussellet, Mlle de Beauchastel, Copin de Senlis, Le Galois de Créquy, Jean de Loyon, Pierre de La Jaille, Colas de La Tour, Huet de Vigne, Foullée, etc., nous offrent des noms et des vers ignorés jusqu’ici, et nous permettent ainsi de retrouver parfois sous le nom de leurs vrais auteurs certaines pièces dont la paternité était encore incertaine[2].

  1. Ce manuscrit a été signalé très sommairement par M. d’Héricault dans son édition des Poésies complètes de Charles d’Orléans, t. II, p. 291.
  2. Trois pièces rangées d’ordinaire parmi les pièces attribuées à Villon ont pour auteurs Blosseville, Montbreton et Antoine de Guise (nos LXX, LXXIII et LXXV).