Page:Arago - Œuvres complètes de François Arago, secrétaire perpétuel de l’académie des sciences - Astronomie populaire, tome 1.djvu/510

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
468
ASTRONOMIE POPULAIRE.

réduit aux observations micrométriques des distances, et il faut cinq de ces observations, pour arriver aux résultats que quatre fournissaient dans l’hypothèse précédente.

Enfin, si l’observateur, dépourvu de micromètre, n’a pu observer que des déplacements angulaires, six angles de position correspondant à des époques connues, seront indispensables quand on voudra calculer la forme de l’orbite de la petite étoile.

Il n’a jamais pu entrer dans mes projets de donner ici, même la plus légère idée des calculs algébriques qui servent à résoudre les problèmes relatifs à la forme et à la position des orbites des étoiles doubles. Je me contenterai de rapporter les résultats[1]. Les premiers auquels on soit arrivé, les éléments de l’orbite du satellite stellaire de ξ de la Grande Ourse, ont été obtenus par Savary, mon ancien confrère à l’Académie des sciences et au Bureau des Longitudes, d’après des méthodes qui lui

  1. Savary est le premier qui ait montré par quels calculs on peut déduire des observations des étoiles doubles la nature de la courbe décrite par l’étoile satellite. On me permettra, je pense, de me féliciter d’avoir indiqué ce sujet de travail à mon jeune et si regrettable ami. Voici comment il s’exprime à ce sujet dans son Mémoire, inséré dans les additions de la connaissance des temps pour l’année 1830, page 171 : « L’Observatoire de Paris, longtemps dépourvu des instruments qui permettent de multiplier et de rendre plus précises les mesures relatives aux étoiles doubles, possédera bientôt l’équatorial de Gambey. C’est dans une circonstance aussi favorable pour ce genre de recherches que M. Arago a bien voulu m’engager à écrire la note qui précède. »

    Depuis cette époque, des procédés de calculs un peu différents de ceux du jeune membre de l’Institut, ont été donnés par MM. Encke, Bessel, John Herschel, Msedler et Villarceau.