Page:Aristophane, trad. Talbot, 1897, tome 1.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




LES AKHARNIENS

_______



Dikæopolis

Que de fois j’ai été mordu au cœur ! Et de plaisirs bien peu, tout à fait peu ! Quatre ! Mais de douleurs, un amoncellement de sables à la hauteur des Gargares ! Voyons donc : qui m’a été un juste sujet de joie ? Oui, je vois pourquoi j’ai eu l’âme réjouie : c’est quand Kléôn a revomi les cinq talents. Quel bonheur j’en ai ressenti ! Et j’aime les Chevaliers pour ce service: il fait honneur à la Hellas, mais bientôt j’ai éprouvé une douleur tragique : la bouche béante, j’attendais de l’Æskhylos, quand un homme crie : « Théognis, fais entrer le Chœur ! » Comment croyez-vous que ce coup m’ait frappé l’âme ? Mais voici pour moi une autre joie, lorsque, concourant pour un veau, Dexithéos s’avança et joua un air bœotien. Cette année-ci, au contraire, je vis que j’étais mort, mis en lambeaux, lorsque Khæris