Page:Arrhenius - Recherches sur la conductibilité galvanique des électrolytes.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
10
ARRHENIUS, LA CONDUCTIBILITÉ GALVANIQUE DES ÉLECTROLYTES. I.

phénomènes, au-delà de ϱ et de X, se passent dans les deux cas d’une manière parfaitement conforme.

Il nous reste à examiner, si la polarisation des électrodes dans le tube à résistance X, peut exercer de fâcheuse influence. Il est facile à comprendre que la polarisation (dans ce cas comme toujours lorsque le galvanomètre est employé) aura pour effet que la résistance, calculée d’après les observations, deviendra un peu plus grande qu’elle ne le soit en réalité.

Par la même raison, on comprendra que plus la polarisation sera grande, plus la résistance observée le sera aussi. Or, la polarisation[1] est à peu près proportionnelle à la quantité d’électricité qui a passé par l’électrode (pourvu que la quantité soit assez petite, ce qui est toujours le cas ici), et cette quantité (dans la même supposition) est proportionnelle au temps[2] que chaque courant partiel met à parcourir X, c’est à dire, le temps pendant lequel ll’ est continuellement fermé. À son tour, ce temps est en proportion inverse avec la vitesse de la manivelle. Ainsi la grandeur de la polarisation est à peu près en proportion inverse avec la vitesse de rotation de la manivelle. C’est pourquoi, si une mesure de résistance se fait avec deux vitesses de manivelle différentes, et que le résultat pourtant soit le même dans les deux cas, c’est une preuve que la polarisation n’exerce pas d’influence[3] sensible. De pareilles expériences ont déjà été faites auparavant par M. Dorn (l. c.) avec un résultat satisfaisant. Mais ces expériences n’ayant pas été arrangées en conformité parfaite avec les essais ci-dessous, nous avons fait une mesure, valable pour la combinaison décrite au § 2. Nous avons constaté alors qu’une solution de sel, à trois expériences consécutives, a donné les résultats suivants :

avec une vitesse de une résistance de
1 tour par seconde 
 705 ohms.
2,5 tours par seconde 
 706 o»ms.
1 tours par seconde 
 706 o»ms.

Les différences sont évidemment si petites qu’à peine on les observe, petitesse qui devient encore plus manifeste, quand

  1. Varley, Phil. Trans. Tome 61 (1871). Kohlrausch, Pogg. Ann. Tome 148 (1873) et le tome jubilaire (1874) et Becquerel, Comptes Rendus. Tome 22, p. 381 (1846).
  2. Herwig, Wied. Ann. Tome 6, p. 317—20 (1878).
  3. En effet M. Kohlrausch a examiné après cette même méthode, si à ses mesures de résistance la polarisation a pu être négligée.