Page:Arrhenius - Recherches sur la conductibilité galvanique des électrolytes.djvu/18

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
15
BIHANG TILL K. SV. VET.-AKAD. HANDL. RAND 8. N:0 13.

été plus que compensée[1] par les grandes résistances qui ont lieu dans ce cas-ci.


§ 4. Avantages de la méthode.


Après avoir essayé de prouver, au § précédent, que, pour l’exactitude, la méthode décrite ne soit pas inférieure à aucune des autres, il nous reste à faire valoir les propriétés qui la rendent supérieure (au moins pour de grandes résistances) aux anciennes. D’abord, dans cette méthode, on se sert du galvanomètre, le plus sensible et le plus facile à manier de tous les instruments galvaniques. C’est pourquoi, M. Kohlrausch ayant proposé des mesures de grandes résistances (eau de pluie) aux observations météorologiques, cette méthode-ci doit être préférable (hormis les raisons exposées ci-dessous), parce qu’il faut une attention plus assidue et beaucoup plus de routine pour obtenir des résultats justes avec le dynamomètre (le téléphone n’est pas aussi sensible) qu’avec le galvanomètre. Puis, les instruments nécessaires pour la méthode que nous venons de décrire, sont plus faciles à se procurer que ceux employés pour la méthode de M. Kohlrausch. Car, contre son assertion que sa méthode puisse se réaliser à chaque institution de physique, parle la déclaration[2] de M. Dorn : » Les instruments de l’institution de physique ici ne suffirent pas pour l’emploi de la méthode de M. Kohlrausch ». C’est pourquoi, M. Dorn s’est procuré un dépolarisateur, qui est facile à construire et non pas trop coûteux. De même, M. R. Lenz[3] dit : » Les résistances des solutions ne pouvaient pas être mesurées avec des courants alternatifs, selon la méthode de M. Kohlrausch, à défaut d’instruments convenables. » Puisque, sans aucun doute, des mesures de résistance se feront, à l’avenir, sur une plus grande échelle que jusqu’à maintenant, la méthode décrite ci-dessus pourra être recommandée comme relativement facile à réaliser. Ensuite, le dynamomètre, en conséquence de la particularité que les déviations en sont proportionnelles avec le carré de l’intensité du courant, est moins convenable pour mesu-

  1. Selon ce qui a été prouvé ci-dessus.
  2. Dorn, Wied. Ann. Tome 9, p. 530 (1880).
  3. Lenz, Pogg. Ann. Tome 160, p. 426 (1877).