Page:Austen - Orgueil et Préjugé (Paschoud) 1.djvu/236

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


table que possible ; je pense aussi qu’il n’est point indifférent pour un pasteur d’avoir des attentions et des égards pour tout le monde, particulièrement pour ceux à qui il doit son avancement. Pour moi, j’avoue, que je ne puis me dispenser de ce devoir, et que je n’aurois jamais bonne opinion d’un homme qui négligeroit de témoigner son respect à quiconque seroit lié par le sang avec eux. Il finit, par un salut à Mr. Darcy, cette harangue qui avoit été prononcée assez haut pour être entendue de la moitié de la Société. Les uns le regardoient avec étonnement, les autres sourioient, mais personne n’avoit l’air de se divertir plus que Mr. Bennet, tandis que sa femme louoit sérieusement Mr. Collins, et disoit à demi-voix à Lady Lucas, que c’étoit un jeune homme d’un jugement parfait.

Pour Elisabeth, il lui sembloit que,