Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
31
ET PRÉVENTION

un tel quartier de Londres. Ma chère tante, y pensez-vous ? M. Darcy a peut-être ouï dire qu’il existait une rue nommée Grace-Church ; mais si par malheur, il y entrait, il croirait à peine qu’un mois d’ablutions le pût laver d’un tel ridicule, et soyez assurée que M. Bingley ne sort jamais sans lui.

» — Cela n’en vaut que mieux, j’espère qu’ils ne se reverront plus. Mais Hélen ne correspond-elle point avec miss Bingley ? Elle ne saurait se dispenser de lui faire une visite.

» — Pardonnez-moi, elle peut même ne lui plus écrire. »

Malgré le ton décidé avec lequel Élisabeth donnait l’assurance que les parens de Bingley sauraient bien le tenir loin d’Hélen, elle éprouvait à ce sujet une trop vive inquiétude, pour n’être pas en elle-même persuadée, que tout espoir n’était point perdu : quelquefois elle pensait qu’il était possible, probable même que les sentimens de Bingley ne fussent point changés, et ne doutant pas qu’il