Page:Austen - Orgueil et Prevention 2.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE PREMIER


Élisabeth, assise dans le salon avec sa mère et ses sœurs réfléchissait à ce qu’elle venait d’apprendre, ne sachant s’il lui était permis de le communiquer ; lorsque sir William Lucas parut ; sa fille l’avait chargé d’annoncer son mariage. Après force complimens sur l’espoir d’une union entre les deux familles, il développa le sujet de sa visite à des auditeurs non seulement étonnés, mais incrédules, car Mme Bennet avec plus de persévérance que de civilité l’assura qu’il se trompait, et Lydia toujours indiscrète et souvent malhonnête, s’écria brusquement :