Page:Béranger - Chansons anciennes et posthumes.djvu/613

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Enfin, à bout d’angoisse,
Jean, qui rêvait d’autel,
S’est fait tel,
Qu’hier notre paroisse
L’a pris, sur son Credo,
Pour bedeau.

Ah ! bon Dieu ! quel dieu !
Ah ! bon Dieu ! quel dieu !
Quel pauvre dieu, bon Dieu !
Quel pauvre dieu,
Quel pauvre dieu,
Né dans un mauvais lieu !






LE PACTOLE


COUPLET À DEUX JOLIES FEMMES DE FINANCIERS


Air :


Aux bords infects du Pactole des fables
Mouraient les fleurs, le vautour seul buvait.
Aucun doux oiseau ne bravait
La lourde vapeur de ses sables.
Loin de ce fleuve Amour fuyait alors.
Chez nous autrement vont les choses :
Bien qu’il attire et vautours et butors,
Notre Pactole a sur ses bords
Et des colombes et des roses.