Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/181

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


AVANT-PROPOS I7I sur lequel Victor Hugo n’a pas mis sa main souveraine : car, en fait de forme à renouveler, il nous a laissé si peu de chose à tenter après lui! Pour l’intelligence même des poèmes qui suivront, il était indispensable de donner au lecteur une Histoire de la Ballade ; mais ceci est œuvre d’érudit et de savant. Avec une compétence que personne ne mettra en doute, mon excellent ami Charles Asselineau a bien voulu entreprendre ce travail si intéressant, et il me semble qu’il a définitivement élucidé et épuisé la question, dans les pages qu’on va lire. Théodore de Banville. Juin 1873.