Page:Banville - Œuvres, Le Sang de la coupe, 1890.djvu/183

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Histoire de la Ballade

par

CHARLES ASSELINIIAU Il en est des genres littéraires comme des livres : ils ont leurs destinées. Les uns s’épanouissent et se perpétuent sur le sol où ils sont nés. D’autres, importés de l'étranger, s’implantent et prospèrent, deviennent nationaux et populaires. Il en est d’autres encore qui n'ont qu’une saison d'un demi-siècle ou d'un quart de siècle, et qui meurent avec la génération qui les a pris en faveur. D'autres enfin ont, comme dit le Maître, leurs « pertes du Rhône », apparaissent et disparaissent selon des lois mystérieuses et fatales que la critique historique a mission de découvrir et d’expliquer. En France, où la mobilité du caractère national