Page:Banville - Camées parisiens, s3, 1873.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



II

MADAME BLANCHECOTTE

____


Balzac , si obstiné à trouver l’Allégorie moderne , eût vu chez cette Parisienne, à qui la pureté de son rêve a conservé l’air aimable de la jeunesse, l’image même de la Volonté unie à la Résignation. Il eût admiré que cette chevelure châtain foncé aux reflets doux, que ces magnifiques sourcils, que ce front tourmenté par des violences de pensée, que ces yeux bruns expressifs, si brillants et si mobiles, souvent fer-