Page:Banville - Contes bourgeois, 1885.djvu/163

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— « Ludovic! dit-elle.

— Me voici, chère bien-aimée, » répondit le vieillard. Et ils expirèrent en même temps, ayant reçu de leur immuable amour la récompense inouïe de n’avoir jamais été séparés, ni dans la courte vie terrestre, ni dans celle dont le jour naissant emplissait déjà leurs prunelles de lumière et d’aurore.