Page:Banville - La Lanterne magique, 1883.djvu/216

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


légère comme une plume, l’imagination rapide comme une flamme. Si nous n’étions pas devenus des croque-morts, Déjazet s’appellerait chez nous : Gaudriole ! Elle peut encore s’appeler : Gaieté et Bon Sens. Son esprit est le gamin qui se moque d’un temps abêti ; son corps ! elle en a le moins possible. Elle n’en a pas besoin, elle n’en a jamais eu besoin, elle voltige comme un couplet et comme une strophe ailée. On peut la loger et la coucher dans le gant d’un cavalier. D’ailleurs, Déjazet est fée et passe, quand elle le veut, par le trou d’une aiguille.


Mesdames, ici finit la première Douzaine des Camées Parisiens. — L’humble lapidaire a de son mieux entremêlé les figures d’hommes et de femmes dans l’intérêt de la variété, et il continue patiemment son travail, qui est de ciseler des babioles au son de la flûte légère, comme Amphion, au son du luth, bâtissait des villes !