Page:Banville - Les Belles Poupées, 1888.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LES BELLES POUPÉES





PROLOGUE


Dans la rue des Archives, à l’entrée d’une petite allée noire, je vis sur la muraille ces mots écrits, en couleur jaune, par un peintre en lettres d’une habileté initiale : Chanderlos fabricant de poupées, au troisième étage. Pensant que je trouverais là, à bon compte, ce que je cherchais, je montai donc à ce troisième étage, qui n’était guère plus haut qu’un premier. Je tournai le loquet, et je vis devant moi une enfilade de toutes petites pièces, si basses que, selon le célèbre mot de Cham, on n’y aurait pu manger autre chose que des soles. Des esquisses d’argile ou de cire récemment pétries, des pots de couleur, des cartonnages, des figurines encore humides et qui séchaient, des satins, des ors, des peluches, de tout petits souliers, de toutes petites ombrelles, voilà ce que je vis