Page:Barine - La Jeunesse de la Grande Mademoiselle, 1912.djvu/246

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
230
RENAISSANCE CATHOLIQUE.

« Le catholicisme n’était pas chrétien : eux, ils étaient chrétiens », a dit énergiquement le dernier biographe de François de Sales’, et ce mot résume tout, éclaire tout.

Telle était la situation, lorsqu’une petite phalange d’hommes admirables entreprit de relever les églises catholiques de leurs ruines matérielles et morales. François de Sales fut l’ouvrier de la première heure de cette œuvre difficile. Il était venu à Paris en 1602. Il fut frappe de la science de nos théologiens d’une part, de leur froideur religieuse de l’autre. Ce n’est pas un Du Perron qui serait resté court, comme lui, François de Sales, dans une controverse avec un hérétique. Ce n’est pas non plus Du Perron qui aurait persuadé l’hérétique, toujours comme François de Sales, par la seule chaleur d’une dévotion amoureuse. « Il vit des sages et non des chrétiens », dit l’un de ses biographes^, et voici ce qu’il connut, d’un autre côté, en fréquentant les gens du monde : « Il était resté dans quelques âmes une ardeur religieuse qui s’était comme repliée sur elle-même ; ces âmes vivaient en dedans ; elles vivaient d’une vie intérieure. Isolées, sans direction, elles se cherchaient, se rencontraient par hasard ou à dessein, se comprenaient entre elles, alors que les autres ne les comprenaient pas, se conseillaient, s’encourageaient, et, dans ce triste état de dispersion où le siècle les con-

1. M. Forlunal Slrowski.

2. Id., loc. cit.