Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 1.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion

a l’hostel de la reine mere[1], ou il se dansa un jour apres ; et les douse masques prindrent pour danser les branles Mlle de Guyse[2], madame la duchesse, Caterine de Rohan, Mlle de Luce, madame de Villars[3], de la Pardieu, mes demoyselles de Rets[4], de Bassompierre, de Haraucourt, d’Antragues[5], de la Patriere[6], et de Mortemer : lesquelles j’ay voulu nommer parce que, quand ces vingt quatre hommes

  1. Le palais des Tuileries, construit par la reine-mère Catherine de Médicis.
  2. Louise-Marguerite de Lorraine, damoiselle de Guise, fille de Henri de Lorraine, duc de Guise, et de Catherine de Clèves, comtesse d’Eu ; mariée le 24 juillet 1605 à François de Bourbon, prince de Conti, dont elle fut la seconde femme, veuve le 3 août 1614, morte le 30 avril 1631. C’est cette princesse que l’on a crue mariée secrètement avec le maréchal de Bassompierre.
  3. Julienne-Hippolyte d’Estrées, fille d’Antoine d’Estrées, marquis de Cœuvres, et de Françoise Babou de la Bourdaisière ; mariée par contrat du 7 janvier 1597 à Georges de Brancas, marquis, puis duc de Villars. C’était une des sœurs de Gabrielle d’Estrées. Elle fut, dit Tallemant des Réaux, éprise de Bassompierre.
  4. Hippolyte de Gondi, fille d’Albert de Gondi, premier duc de Retz, maréchal de France, et de Claude-Catherine de Clermont, dame de Dampierre, baronne de Retz ; mariée le 18 janvier 1607 à Léonor de la Madeleine, marquis de Ragny, morte en août 1646.
  5. Henriette de Balsac d’Entragues, et Marie de Balsac d’Entragues étaient filles de François de Balsac, seigneur d’Entragues, de Marcoussis et de Malesherbes, et de Marie Touchet, sa seconde femme. Henriette, qui succéda si promptement et si tristement à Gabrielle d’Estrées, devint la marquise de Verneuil ; elle mourut le 9 février 1633. Marie fut la maîtresse de Bassompierre ; elle vivait encore en 1660. C’était sans doute Henriette qui dansait dans le ballet.
  6. Sans doute petite-fille de Georges l’Enfant, seigneur de la Patrière, et de Françoise du Plessis-Richelieu. On la verra plus tard amie de Bassompierre.