Page:Bassompierre - Journal de ma vie, 2.djvu/105

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Chambaret et Bressieux quy se douterent qu’il y avoit quelque chose n’attendirent dans la court du Louvre lesquels y vindrent aussy, et cinq ou six gentilshommes de la reine. Il y avoit douse gardes[1] et six Suisses du corps avec leurs pertuisanes et hallebardes autour du carrosse, et quand tout fut prest, Mr de Temines et moy vinsmes dans la chambre de Mr le Prince. Il le resveilla en sursaut, ce quy l’estonna, et eut grande apprehension. Je ne me voulus point montrer, le voyant si effrayé, et sortis du Louvre, faisant mettre en bataille les deux cens François devant l’hostel de Longueville[2] ; et comme le carrosse fut sorty du Louvre, dans lequel estoit Mr le Prince, les trois cens Suisses le suyvirent immediatement faisant la retraitte, et ainsy le menasmes sans flambeaux dans la Bastille, ayant, avant sortir du Louvre, mandé a Mr de Guyse quy estoit revenu de Soissons ce jour mesme, qu’il ne prit allarme de voir venir droit a son logis[3] les François et Suisses de la garde, et que la reine m’avoit permis de luy mander que ce n’estoit contre luy qu’ils marchoint, mais pour conduire Mr le Prince a la Bastille. Celuy que j’y envoyay le trouva desja habillé et prest a monter a cheval sur l’avis que l’on luy avoit donné que l’on mettoit les gardes en ordre pour le venir prendre.

Je devins lors extremement amoureux de Mlle d’Urfé ;

  1. Douze gardes du corps.
  2. L’hôtel de Longueville était situé sur l’emplacement qu’occupe aujourd’hui la façade du Louvre.
  3. L’hôtel de Guise était rue du Chaume, au coin de la rue de Paradis.