Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/200

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Et qui croit ajouter à ses plaisirs, en trompant mes espérances.

BARTHOLO, vîte.

Et qui m’a volé dans le temps cent écus que j’ai sur le cœur.

MARCELINE.

Ah quelle volupté !…

BARTHOLO.

De punir un scélérat….

MARCELINE.

De l’épouser, Docteur, de l’épouser !


Scène xx

V.


MARCELINE, BARTHOLO, SUZANNE.
SUZANNE, un bonnet de femme avec un large ruban dans la main, une robe
de femme sur le bras.

L’épouser ! l’épouser ! qui donc ? mon Figaro ?

MARCELINE, aigrement.

Pourquoi non ? vous l’épousez bien !

BARTHOLO, riant.

Le bon argument de femme en colère ! nous parlions, belle Suzon, du
bonheur qu’il aura de vous posséder.

MARCELINE.

Sans compter Monseigneur dont on ne parle pas.

SUZANNE, une révérence.

Votre servante, Madame ; il y a toujours quelque chose d’amer dans vos
propos.

MARCELINE, une révérence.

Bien la vôtre, Madame ; où donc est l’amertume ? n’