Page:Beaumarchais - Œuvres choisies, édition 1913, tome 2.djvu/264

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



LE COMTE.

C’est votre emploi ! partez, ou je vous chasse. (Il sort.)


Scène xx

XXIII.


Les Acteurs précédens, excepté le Comte.
BAZILE à lui-même.

Ah ! je n’irai pas lutter contre le pot de fer, moi qui ne suis…

FIGARO.

Qu’une cruche.

BAZILE à part.

Au lieu d’aider à leur mariage, je m’en vais assurer le mien avec
Marceline. (à Figaro) Ne conclus rien, crois-moi, que je ne sois de
retour. (il va prendre la guitare sur le fauteuil du fond.)

FIGARO le suit.

Conclure ! oh ! va, ne crains rien ; quand même tu ne reviendrais jamais…
tu n’as pas l’air en train de chanter ; veux-tu que je commence ?…
allons, gai ! haut la-mi-la pour ma fiancée. (il se met en marche à
reculons, danse en chantant la Séguedille suivante ; Bazile accompagne,
et tout le monde le suit.)

SÉGUEDILLE : air noté.

Je préfère à richesse
 La sagesse
 De ma Suzon,
 Zon, zon, zon,
 Zon, zon, zon,
 Zon, zon, zon,
 Zon, zon, zon.

Aussi sa gentillesse
 Est maîtresse
 De ma raison ;
 Zon, zon, zon,
 Zon, zon, zon,