Page:Berzelius Bref 1.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
35

des recherches sur les propriétés chimiques de l’or. J’ai fait une grande quantité d’expériences sur la pourpre de Cassius ; cependant je ne suis pas encore en état de vous dire en quoi consiste cette combinaison, car malgré les lumières que je me prom[etta]is de la détermination des oxydes de l’étain, il y a cependant encore des circonstances qui ne s’accordent point avec les différentes idées que j’ai eues sur sa composition. M. Vauquelin s’est occupé de ce même examen, et il a promis d’en publier les résultats dans les Annales de Chimie. Plus j’ai inutilement sacrifié de temps et de travail sur cet objet, plus je suis devenu curieux d’entrevoir les causes qui m’ont empêché de le voir avec clarté.






15. Berthollet à Berzelius.
27 février 1812.

Monsieur,

Votre dernière lettre détermine enfin le terme où je dois avoir le plaisir de vous recevoir.

J’ai oublié dans ma dernière lettre de vous faire connaître le motif qui m’avait empêché de présenter à l’Institut le résultat de votre dernier écrit, ainsi que vous me le proposiez : quand on présente un manuscrit quelconque, l’Institut nomme des commissaires qu’il charge de lui faire un rapport ; mais des commissaires n’auraient pu faire un rapport sur des résultats isolés des faits sur lesquels ils sont appuyés. Lorsque l’impression de vos recherches sur les proportions sera achevée, je leur ferai succéder le précis des analyses de M. Hisinger, dont je vous remercie.

Vous aurez trouvé dans les Annales un mémoire de M. Oberkampf sur les oxydes d’or qui présente des résultats plus positifs que ceux qu’avait obtenus Vauquelin50.

J’insiste sur la nécessité où vous serez de faire un errata général pour vos recherches sur les proportions ; parce que,