Page:Berzelius Bref 2.djvu/77

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Notes.


1. La lettre de Berzelius à laquelle Davy fait allusion, semble perdue. Davy mentionne ailleurs (Philosophical Transactions 1808, p. 339) qu’il l’a reçue au commencement de juin 1808. Elle a donc dû être écrite en mai de cette année. Quant au contenu, on peut conclure, par la réponse de Davy, que c’était un compte rendu de la décomposition par voie électrolytique de la chaux et de la baryte exécutée par Berzelius en collaboration avec Pontin ainsi que de la découverte de l’ammonium de mercure.

2. Insérés dans les Philosophical Transactions 1808, 333-370.

3. Après avoir trouvé que l’ammoniaque, à l’égal des métaux, possède la propriété de s’amalgamer, il émet la supposition que les métaux, ou, comme il s’exprime, les « bases des alkalis, terres et oxydes de métaux » doivent être composés, à l’égal de la « base métallique de l’ammoniaque », de parties constituantes analogues à celles de cette dernière. Voir Economiska Annaler (Annales économiques) publiées par l’Acad. Roy. des Sciences de Suède. Mai 1808, p. 129.

4. Les ouvrages pour lesquels Davy remercie ici sont sans doute les Cours de Chimie animale de Berzelius, dont le premier volume parut en 1806, le second en 1808. Davy a du moins reçu ces deux livres, c’est un fait qui ressort de sa lettre du 20 mars 1809. Peut-être aussi pourrait-il ici être question du « Lärbok i kemi » (Précis de Chimie) tome 1, paru en 1808.

5. Gay-Lussac et Thénard avaient démontré, peu de temps auparavant, la possibilité de préparer les métaux alcalins par la voie chimique en réduisant la potasse par le fer. Ils avaient également trouvé que le potassium, chauffé dans du gaz ammoniac, absorbe ce dernier avec dégagement d’hydrogène, et avaient cru