Page:Botrel - Contes du lit-clos, 1912.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA MAIN MAUDITE





« Tes père et mère honoreras,
« Si tu veux très longuement vivre ! »
Nous dit le Seigneur dans un Livre
Que jamais trop tu ne liras…


Voilà ce que disait souvent
A son petit gâs Jean-Marie
Le maître de la métairie
De Coat-dû, Job le Morvan.

Et Job-le-métayer, vraiment,
Des bons fils était le modèle :
À la Loi du bon Dieu fidèle,
Il aimait sa vieille maman ;

Et, pour être sûr que son gâs
Ferait douce aussi sa Vieillesse,
Il allait répétant sans cesse :
« Dieu punit les enfants ingrats ! »

« Tes père et mère honoreras ! »
Répétait le fermier sans trêve,
Et l’enfant murmurait en rêve :
« Dieu… punit… les enfants… ingrats !… »