Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



NOTE DU TRADUCTEUR.


Cet ouvrage fait partie de la série connue en Angleterre sous le nom de Traités de Bridgewater. Voici à quelle circonstance ces traités doivent leur origine.

Le Révérend François-Henri, comte De Bridgewater, mort en février 1829, mit, par son testament, à la disposition du président de la Société royale de Londres une somme de 8,000 livres sterling (200, 000 francs), à titre d’encouragement pour un ou plusieurs auteurs auxquels l’honorable président confierait l’exécution d’ouvrages ayant pour but de démontrer la Puissance, la Sagesse et la Bonté de Dieu, manifestées dans les œuvres de la Création. La propriété de l’ouvrage n’en devait pas moins demeurer à l’auteur.

Aidé des conseils de l’archevêque de Cantorbery et de l’évêque de Londres, l’honorable M. Davies Gilbert, alors président de la Société royale, désigna huit hommes parmi ceux qui honorent les sciences en Angleterre, MM. Chalmers, Kidd, Whewell, Charles Bell, Roget, Buckland, Kirby et Prout ; c’est à eux