Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
6
EXPLICATION DES PLANCHES.

(a 11) représente le fait rare du granite traversant le grès rouge, l’oolite et la craie[1]


Syénite, Porphyre, Serpentine, Diorite (Greenstone).


Tout près des veines granitiques, nous devons placer une seconde série de roches irrégulièrement injectées, formées de syénite, de porphyre, de serpentine et de diorite (b, c, d, e) qui traversent les formations primaires et de transition, et les couches inférieures des terrains secondaires, et qui non seulement les coupent dans différentes directions, mais qui se sont même épanchées à leur surface, et y ont formé des masses recouvrantes (b′, c′, d′, e′). Les roches cristallines de cette série offrent dans leur composition tant de diversités, que l’on rencontre fréquemment de nombreuses variétés de syénite, de porphyre et de diorite, dans les produits des éruptions d’une même bouche.

Le système général de notre coupe ne nous permet pas de représenter avec une exactitude rigoureuse les relations qui existent entre beaucoup de ces roches injectées et les couches qu’elles traversent. Nous les avons toutes disposées

  1. M. Dufrénoy a décrit, dans le bulletin de la Société géologique de France, tome II, pag. 75, un exemple de l’injection de granite dans la formation crétacée, phénomène rare qu’il a observé dans la colline de Saint-Martin, près de Pont de la Fou dans les Pyrénées. Le professeur Weiss a reconnu, à Weinbola, près de Meissen, en Saxe, la présence de la syénite au dessus des couches de la craie ; et, suivant le professeur Nauman, il existe, près d’Oberau, des roches crétacées recouvertes par le granite ; et, aux environs de Zscheila et de Neiderfehre, ces mêmes roches reposent horizontalement sur le granite. Dans ces deux localités, le granite et le calcaire s’enchevêtrent l’un avec l’autre, et l’on voit des portions irrégulières et des veines de calcaire dur, à grains verts et à fossiles crayeux, qui se trouvent çà et là empâtés dans le granite. (De la Bêche, Manuel de Géologie, traduction française, page 346.)