Page:Buckland - La Géologie et la Minéralogie dans leurs rapports avec la théologie naturelle, 1838, tome 2.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
22
EXPLICATION DES PLANCHES.
Animal de l’époque actuelle dont on suppose que l’espèce a été détruite depuis peu.

120. Didnu, Dodo on Dronte. r. et f.

On a rencontré des ossemens appartenant au Dronte, à l’Île-de-France, sous des laves d’un âge inconnu, et dans une caverne de l’île de Rodrigue. — Voyez le Zoological Journal, 1828, p. 554. London’s Mag. Nat. Hist., t. II, p. 442. Lond. and. Edin. Phil. Mag., déc. 1831.


PLANCHE 2, t. I, p. 63.


A. Mâchoire du didelphys Bucklandi (double de grandeur naturelle), de la collection de M. W. I. Broderip, qui l’a décrite dans le Zoological journal, t. III, p. 408, pl. XI (d’après Broderip).

2. Seconde molaire grossie.

5. Cinquième molaire encore plus grossie.

B. Fragment de la mâchoire inférieure d’un petit didelphe de Stonesfield, appartenant au muséum d’Oxford (grossi d’un tiers). Cuvier a examiné cette mâchoire, et M. Prévost l’a figurée dans les Annales des sciences naturelles (avril 1825, p. 389, pl. 18). Une portion de l’os ayant été enlevée, on aperçoit les doubles racines des dents dans leurs alvéoles, et la forme de ces dents indique qu’elles ont appartenu à un animal insectivore (figure originale).

4. Quatrième molaire grossie.

9. Neuvième molaire grossie.

C. 1. Mâchoire inférieure du dinotherium giganteum (Tapiras giganteus Cuv.). Cette mâchoire, y compris la défense, a près de quatre pieds de long (Kaup).