Page:Buffenoir - Les Charmettes et Jean-Jacques Rousseau, 1911.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
70
LES CHARMETTES

droite, la poinle du loit de la maison : voici le verger à droile du chemin, et la vigne au-dessus du verger.

« La maison est un peu élevée au-dessus du chemin ; au-devant est une terrasse environnée d’un parapet à hauteur d’appui ; ce parapet est coupé par une grille à deux hattants qui ferme l’entrée de la terrasse, sur laquelle on monte par six marches de pierre. La lace principale de la maison est tournée au levant, et parallèle au chemin. C’est un petit hàtiment régulier, de forme rectangulaire : il est couvert d’un toit rapide, en ardoises, à quatre pans, et surmonté de deux aiguilles. Les rustiques sont au midi et sont attenants à la maison ; le jardin est du côté du nord. »

Ainsi que je l’ai mentionné plus haut, sauf le toit qu’il a fallu absolument remplacer, rien n’a été changé, ni la grille basse de l’entrée, ni les portes, ni les volets ou contrevents, ni l’escalier, ni les meubles essentiels, ni le jardin en terrasse, ni la vigne, ni les sentiers, ni le chemin qui suit la côte.