Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t1.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


battre des erreurs accréditées dans l’Europe, et il apprit de bonne heure ce qu’un esprit sage ne sait jamais trop tôt, quun seul homme peut quelquefois avoir raison contre tous les peuples et contre tous les siècles. La force de cette éducation philosophique influa sur sa vie entière ; et lorsque dans la suite il fut entraîné vers le théâtre, par un penchant auquel il sacrifia même la protection immédiate d’un prince , il mêla les études d’un sage à la vie tumultueuse d’un acteur, et sa passion pour jouer la comédie tourna encore au profit de son talent pour l’écrire. Toutefois il ne se pressa point de paraître ; il remonta aux principes et à l’origine de son art. Il vit la comédie naître dans la Grèce, et demeurer trop long-temps dans l’enfance. La tragédie l’avait devancée , et l’art de représenter les héros avait paru plus important que celui de ridiculiser les hommes.

Les magistrats, en réservant la protection du gouvernement à la tragédie, dont l’éclat leur avait imposé, et qu’ils crurent seule capable de seconder leurs vues, ne prévoyaient pas qu’Aristophane aurait un jour, sur sa patrie, plus d’influence que les trois illustres tragiques d’Athènes. Molière étudia ses écrits, monument le plus singulier de l’antiquité grecque. Il vit avec étonnement les traits les plus opposés se confondre dans le caractère de ce poète. Satire cynique, censure ingénieuse , hardie , vrai comique , superstition .