Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t2.djvu/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


VI AVANT-PROPOS.

après le massacre de Foulon et de Berlhier : la révolution fera le tour du globe ; phrase tant répétée depuis. C’est encore lui qui donna à M. Sieyes le titre et l’idée de la brochure intitu- lée: Qu’est-ce que le Tiers-Etat? brochure qui fit la fortune politique et littéraire de son auteur. Chamfort avait coutume de dire : « Qu’est-ce que le tiers-état ? rien et tout. » C’est sur ce mot que Sieyes bâtit la pensée qui sert de fondement à sa brochure (i); aussi le comte, aujourd’hui duc de Lauragais, disait à Chamfort, en lui parlant de l’abbé Sieyes et de cette brochure : « Vous lui avez donné le peuple à vendre au tiers-état. »

Tour-à-tour poète et orateur, Chamfort n’avait pas été pour La Harpe un rival moins redoutable dans la lice poétique que dans la carrière de l’élo- quence. Couronné d’un double laurier, il occupe sur le Parnasse une double place; assis, comme prosateur, à côté de Fontenelle, dont il a l’esprit avec plus de goût et de force, il récite ses contes à Voltaire, qui sourit aux traits malins d’une muse caustique formée à son école, et qu’il aime à re- connaître comme une de celles qui ont le mieux profité de la lecture de ses ouvrages.

La littérature dramatique avait été pour lui l’ob- jet d’une étude particulière; il avait même entre- pris d’en écrire la poétique. Les principaux arti-

(*) Mémoires de Condorcet sur la Révolutiou Française, t. ir, pag. 145 et suir.