Page:Chamfort - Œuvres complètes éd. Auguis t5.djvu/88

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


faible ? il s’adresse à Dieu, et Dieu vient à son secours : il ne veut point que son troupeau soit dévoré par le loup avide ; il vient au secours de l’innocent, et l’innocent triomphe. O délices ! ô transport ! le juste est récompensé. La tristesse alors s’enfuit de dessus mon front, et la joie vient prendre sa place ; car le juste a triomphé. Un concert de louanges retentit de toutes parts ; Dieu est célébré , sa puissance infinie exaltée, et le temple redevient le séjour du bonheur et de l’allégresse. C’est au milieu de ces harmonieux accords auxquels se mêlent les voix angéliques, que s’évanouit mon illusion ; et mon cœur reconnaissant remercie le mortel fortuné qui peut procurer à ses semblables d’aussi douces jouissances.


FIN DES NOTES SUR ESTHER.