Page:Chapman - Les Fleurs de givre, 1912.djvu/16

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LES MARTYRS DU LONG-SAUT


Poème lu par son auteur, à la troisième séance du Congrès du Parler Français, à Québec, le 26 juin 1912.


À Sa Grandeur Monseigneur P. Bruchési,
Archevêque de Montréal.

 


Parcourez, attentifs, toute l’histoire humaine.
De l’éclat de Ninive à la splendeur d’Athène,
Des travaux de Lincoln aux actes de Zénon,
Du grand Démétrius au grand Napoléon,
Et vous ne lirez pas de plus sublime page
Que celle écrite, au bord de l’Ottawa sauvage,
Avec un sang aussi hardi que généreux,
Par des soldats français qui furent nos aïeux.

Champlain avait fondé Québec. La colonie,
Grâce à son dévoûment et grâce à son génie,