Page:Chevrier - Le Colporteur, éd. Van Bever, 1914.djvu/166

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
140
LE COLPORTEUR


« J’ai vu, mon Fils un exemple de ce que je dis, à la « Cour de Berlin ; un aventurier Lorrain s’adressa à « Milord Tirconel, Ambassadeur de France auprès du « Roi de Prusse, pour être présenté à la Cour sous le « nom du Marquis de Lenoncourt, d’une des premières « maisons de Lorraine. Milord, séduit par cet aventurier « qui avoit cependant moins d’esprit que lui, le présenta « au Roi et aux deux Reines : cet impudent eut même « l’honneur de manger avec les Princesses la veille qu’il « fut découvert pour être le fils d’un Marchand de Draps « de Nanci (i). Le Roi, indigné, blâma dans des termes « durs l’imprudence de l’Ambassadeur, et fit mettre « l’Aventurier à Spandau, d’où le Prince Louis de Wirtemberg le tira pour s’en repentir quelque-tems après.

« Il ne faut pas cependant qu’une circonspection trop « grande vous rende inaccessible aux Sujets de votre « Maître à qui vous pouvez être utile. Jugez, pour les « protéger, du mérite de leur droit plutôt que de leur « naissance, et ne leur faites point acheter par des bassesses et des humiliations l’avantage que vous avez de « pouvoir les servir ; souffrez encore moins que vos Sé « cretaires vendent vos bons offices, comme cela se pra « tique chez plus d’un Ministre, et ne permettent à un

(i) Il se nommoit Hugues ; après avoir été tiré de Spandau par le Prince Louis de Wirtemberg, il composa un livre plein d’esprit et d’absurdités, intitulé la Politique et la Morale calculées, qu’il publia sous le nom de d’Ancarville. En 1700 il essaya une conspiration en Corse, pour faire élire un Prince d’Allemagne Roi de cette Isle : la mèche fut éventée avant que les conjurés quittassent Marseille, et comme ils s’étoient fait faire des habits brillans pour en imposer aux Corses, on appella ce complot la Conjuration des Tailleurs. Cet aventurier poursuivi par ordre du Prince qu’il avoit compromis, prit le nom de Comte de St. Edme, et passa sous ce titre en Portugal, où il resta peu, parce que M. le Comte de Baschi, Ambassadeur de France, avoit reçu des éclaircissemens relatifs à cet homme : il s’embarqua pour Rome où il parut avec le nom de Comte de Graffeneck, Prince Souverain de l’Empire ; il en sortit après avoir dupé le Lord Burnet, et passa à Paris où il fut arrêté au mois de Novembre 1760, dans la diligence de Bruxelles ; et mis au Fort l’Évêque, d’où il est sorti après un séjour de quatre mois. Exilé à 110 lieues de Paris, il s’est retiré à Bordeaux, où il vient de donner un projet sur le défrichement des Landes. (Note de Chevrier.)