Page:Coquiot - Le Vrai J.-K. Huysmans, 1912.djvu/174

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
160
LE VRAI J.-K. HUYSMANS


Il a pris soin de nous l’expliquer très nettement dans une préface à propos d’une nouvelle édition de A Rebours ; et, comme cette préface est assez peu répandue, il convient d’en reproduire ci-après les parties essentielles tout au moins :

« Je n’ai pas été élevé dans les écoles congréganistes, dit Huysmans, mais bien dans un lycée ; je n’ai jamais été pieux dans ma jeunesse, et le côté de souvenir d’enfance, de première communion, d’éducation qui tient si souvent une grande place dans la conversion, n’en a tenu aucune dans la mienne. Et ce qui complique encore la difficulté et déroute toute analyse, c’est que lorsque j’écrivis A Rebours, je ne mettais pas les pieds dans une église, je ne connaissais aucun catholique pratiquant, aucun prêtre ; je n’éprouvais aucune touche divine m’incitant à me diriger vers l’Eglise ; je vivais dans mon auge, tranquille ; il me semblait tout naturel de satisfaire les foucades de mes sens, et la pensée ne me venait même pas que ce genre de tournoi fût défendu.

« A Rebours a paru en 1884 et je suis parti pour me convertir dans une Trappe en 1892 ;