Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, III.djvu/146

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée
134
II, 237-238.
Correspondance.

encore que le plus long ſoit plus étroit que l’autre, a cauſe que la perpendiculaire HP eſt plus courte que D E, ie croy que ces deux tuyaux ne ietteront pas plus d’eau l’vn que l’autre. Mais, en l’air libre, l’eau couleroit moins viſte par la pente B F que par la perpendiculaire BE, & non pas toutesfois de tant moins qu’vne boule iroit moins viſte de B en F que de B en E, dont les raiſons ſeroient trop longues à mettre icy.

Pour les riuieres, ſi leur lit eſtoit par tout égal, ie ne crois point qu’elles duſſent couler moins viſte au fond qu’en leur ſuperficie. Mais pource qu’elles font ordinairement plus profondes en vn lieu qu’en l’autre, il eſt certain qu’où elles font plus profondes, elles doiuent aller plus lentement au fond qu’au deſſus, à cauſe que l’eau du fond y eſt arreſté ainſi que dans vne foſſe. Et ie ne croy point auſſi qu’on puiſſe iuger de leur pente par l’inégalité de leur viteſſe, mais ſeulement en la meſurant auec vn niueau.

Ie voy bien que ie ne me fuis pas aſſez expliqué en vous diſant ce que ie prens pour la Peſanteur, que ie dis venir de ce que la Matière ſubtile, tournant fort

1-3 l’autre… DE] le plus ietteront autant. — iG crois] court. — 3-5 que… plus] qu’ils vois.

a. La ligne HI est à mener, sur la figure, perpendiculaire entre BF et CG.