Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, IX.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


supprimées sans scrupule en 1647, ^^^ ^^é rétablies, 1’^ dans ejlendue, efgal, paroijl, etc., le c dans effecl:, fruicîj etc.; l’édition de 1647 donne étendue j égal, paroit, effet, fruit, etc. C’est elle, bien entendu, que nous suivrons scrupuleusement.

Si nous insistons quelque peu sur cette question de l’orthographe, c’est qu’elle nous achemine à un gros problème qui se pose au sujet du texte même de la traduction française. De qui ce texte est-il exactement? De l’abbé Picot seul, qui est, comme on sait, « l’ami de Descartes », qui a traduit le livre des Principes ? Ou bien, en certains endroits, de Descartes lui-même, qui a revu la traduction ? Ou même peut-être, car on serait tenté d’aller jusque-là, de Descartes seul, qui aurait alors récrit en français, pour une partie, sinon en entier, ses Principia Philosophiœ ? Le problème ne se posait pas, au moins dans les mêmes termes, pour les deux éditions, française et latine, du Discours de la Méthode et Essais, ni même pour les deux éditions, latine et française, des Méditations. Pour le Discours, en effet, une note explicite de Descartes disait quel degré de confiance on pouvait accorder à la traduction latine, et de qui étaient les modifications et additions, somme toute, assez légères : à savoir, du philosophe lui-même \ Pour les Méditations, nous avons vu quelle était la part du duc de Luynes, celle de Clerselier, et comment l’un et l’autre ont rempli leur tâche ; et dans un Avertissement au Lecteur, le « libraire », parlant au nom de Descartes, déclare que, « lors que cette verfion a paffé fous les yeux de l’Auteur, il l’a trouvée fi bonne, qu’il n’en a ianiais voulu changer le flyle, & s’en cfl toifiours défendu par fa modeftie, & par l’eflime qu’il fait de fes Traducteurs . » Pour la traduction des Principes, nous n’avons guère qu’une phrase, la première de la Lettre-préface à l’abbé Picot : « La verfion que vous aue^ pris la peine de faire de mes Principes efl fi nette & fi accomplie, qu’elle me

a. Voir, au volume Discours et Essais, p. SSq.

b. Voir, à la première partie du présent volume, p. 3, 1. 1 1-44.