Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, IX.djvu/521

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Principes. — Quatriesme Partie. 22}

ou changeoient de figure, & ainfi ceiToient d’eflre pro|pres à coin- 319 pofer le corps D. Ce qui eft caule qu’après plufieurs jours & années il y a eu beaucoup moins de matière en ce corps D, qu’il n’y en auoit lors que le corps E a commencé à Je former, & qu’il n’eft demeuré en luy que celles de fes parties qui ont pu fe réduire aux deux efpeces que j’ay décrites", & auffi que le corps E a ei\é allez efpais & ferré, d’autant que la plufpart des parties qui font forties de D, fe font arreftées en fes pores, & ainfi l’ont rendu plus ferré, ou bien, changeant de figures... & fe joignant à quelques- vnes de celles du corps B, font retombées {uv fa fuperjicie, & ainfi l’ont rendu plus efpais. Et enfin cela eft caufe qu’il eft demeuré, entre D & E, vn efpace affez grand, tel qu’eft F, qui n’a pu eftre remply que de la matière qui compofe le corps B, en laquelle il y a eu des parties fort déliées, qui ont pu aifément paffer par les pores du corps E, pour entrer en la place de celles qui font forties du corps D.

41. Comment il s’st fait plusieurs fentes dans le quatrième corps ^

Ainfi, encore que le corps E fuit beaucoup plus mallif &’plus pefant que celuy qui ejloil i^ers F, & mefme aufii peut-eltre que le corps D, il a deu toutefois, pendant quelque temps, fe fouftenir au deffus... comme vne voûte, à caufe de fa dureté. Mais il ell à remar- quer que, lors qu’il a commencé à fe former, les parties du corps D, à la fuperficie duquel il elloit joint, ont | deu fe referuer en luy plu- 320 fieurs pores par où elles pulTent paffer, à caufe qu’il y en auoit con- tinuellement plufieurs que la chaleur faifoit monter vers B durant le jour, & que leur pefanleur faifoit redelcendre vers D durant la nuit, en forte qu’elles remplilToient toui-jours ces pores du corps E, par lefquels elles paffoient. Au lieu que, par après, comnieiiçaiit ày auoir quelque efpace entre D & E, qui contenait le corps E, quelques- rnes des parties de ce corps E’ font entrées en quelques-vus de ces pores du corps E ; mais, eilant plus petites que celles du corps D

a. Art. 36, p. 219.

b. Planche XV. figure i.

c. Tout ce passage a été remanie. Le seul changement important, par rapport au texte latin, est cependant la substitution du corps F au corps B, comme origine de l'action qui produit les fentes du corps E. On peut douter que cette substitution ait été consciemment adoptée par Descartes, d’autant que. pour lui, ces deux corps, qui représentent notre air, ne diffèrent guère que de situation.