Page:Dickens - Nicolas Nickleby, trad. La Bédollière, 1840.djvu/339

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Très-bien ! monsieur Browdie, dit miss Squeers troublée encore de cette scène, mais conservant sa méchanceté jusqu’à la fin ; vous avez excité nos élèves à s’enfuir, mais vous le payerez, Monsieur. Si mon père est victime de ses ennemis, nous ne nous laisserons pas fouler aux pieds par vous et Mathilde. — Ne craignez rien de nous, Fanny. Je ne vous cacherai pas que je suis content de la punition du vieux ; mais vous avez à souffrir sans que je vous tourmente. Bien plus, si vous aviez besoin de secours… n’ayez pas l’air de vous rengorger, ça pourrait bien être ; si vous avez besoin de l’aide des amis, vous trouverez en nous le John et la Mathilde d’autrefois ; et quand je dis cela, ne croyez pas que je me reproche ma conduite, car je répète encore : Hurrah ! et au diable le maître d’école ! … voilà ! …

Là-dessus John Browdie remonta sur son bidet, le mit au grand trot, fit la route en fredonnant des fragments de vieux airs qui formaient au bruit des sabots du cheval un joyeux accompagnement, et rejoignit sa femme et Nicolas.

Pendant quelques jours, les environs furent couverts d’enfants en fuite, auxquels, assure-t-on, M. et madame Browdie fournirent secrètement des vivres et même de l’argent pour regagner leurs pénates. John a toujours nié le fait ; mais comme il accompagnait ses dénégations d’un gros rire, il y a lieu de croire à la vérité de l’assertion.

Il y avait quelques timides enfants qui, tout misérables qu’ils avaient été, ne connaissaient pourtant d’autre asile que cette école, et avaient conçu pour elle une espèce d’attachement ; quand les plus hardis eurent disparu, ceux-là cherchèrent un refuge à Dotheboys. On en vit quelques-uns qui pleuraient à l’abri des haies, effrayés de leur isolement. L’un d’eux avait un oiseau mort dans une petite cage ; il avait longtemps erré, et quand son pauvre favori était mort, l’enfant avait perdu courage et s’était couché auprès de lui. Un autre fut trouvé dans une cour voisine de l’école, étendu dans la niche d’un chien, et le chien mordait ceux qui approchaient, et léchait la face pâle de l’enfant endormi.

On reprit quelques traînards, mais ils furent réclamés un à un, ou s’évadèrent de nouveau, et bientôt l’institution de Dotheboys ne fut plus qu’un vague souvenir.


CONCLUSION.

À l’expiration de son deuil, Madeleine donna sa main et sa fortune à Nicolas, et le même jour Catherine devint madame Frank Cheeryble. Tim Linkinwater et miss