Page:Doyle - La Marque des quatre.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



V


Le drame de Pondichery Lodge.


Il était près de onze heures quand nous arrivâmes au lieu où nous attendait le dénouement tragique des aventures de cette nuit. Nous avions laissé loin derrière nous le brouillard humide qui recouvrait la grande cité et la nuit était passablement belle. Un vent chaud soufflait de l’ouest et de gros nuages montaient lentement dans le ciel, laissant de temps en temps le croissant de la lune jeter des lueurs intermittentes. On y voyait assez pour se diriger ; cependant Thaddeus Sholto prit une des lanternes de la voiture pour mieux éclairer notre chemin.

Pondichery Lodge était situé au milieu d’un jardin qu’entourait un mur très élevé, hérissé de