Page:Doyle - Nouveaux Exploits de Sherlock Holmes.djvu/136

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


est très sec et je ne vois aucune trace qui puisse nous guider.

Holmes parlait encore, lorsque nous vîmes venir deux hommes par l’allée du jardin qui contournait l’angle de la maison. L’un d’eux, âgé déjà, avait un visage énergique, aux traits accentués ; l’autre était un brillant jeune homme, dont l’expression joyeuse, la figure épanouie et les vêtements de couleur voyante, contrastaient étrangement avec les tristes circonstances qui environnaient ce drame.

— Vous n’avez pas encore trouvé ? dit-il à Sherlock Holmes. Je croyais que, vous autres, gens de Londres, vous n’étiez jamais en défaut. Mais je vois que cela ne marche pas tout seul.

— Ah ! il faut nous donner un peu de temps, dit Holmes avec bonne humeur.

— Il le faut, dit le jeune Alec Cunningham, Jusqu’ici, je ne vois aucun indice.

— Il n’y en a qu’un, répondit l’inspecteur. Si nous pouvions seulement trouver… Grand Dieu ! monsieur Holmes, qu’avez-vous ?

La figure de mon pauvre ami avait tout à coup pris une effrayante expression. Ses yeux étaient renversés dans leur orbite, ses traits