Page:Doyle - Résurrection de Sherlock Holmes.djvu/117

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


faire que quinze jours plus tard. C’était l’après-midi ; j’allais sortir, quand il me rappela.

— Vous ferez mieux de rester, Watson.

— Pourquoi ?

— Parce que j’ai reçu ce matin un télégramme d’Hilton Cubitt — vous vous rappelez Hilton Cubitt et les bonshommes qui dansent ? Il va arriver à une heure vingt à Liverpool Street, et il sera ici dans un moment. D’après sa dépêche, il doit s’être produit des incidents d’une grosse importance.

Nous n’eûmes pas longtemps à attendre. Notre gentilhomme de Norfolk nous arriva de la gare aussi vite que le cab put le conduire. Il paraissait triste, découragé, les yeux fatigués, le front soucieux.

— Cette affaire me prend sur les nerfs, monsieur Holmes, dit-il en se laissant tomber dans un fauteuil comme un homme à bout de forces. Ce n’est pas agréable de se sentir entouré d’êtres inconnus et invisibles qui ont de mauvais desseins ; quand vous voyez, en outre, que tout cela tue votre femme à petit feu, alors c’est plus