Page:Doyle - Sherlock Holmes triomphe.djvu/2

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


gelait à pierre fendre. Holmes alluma la lampe et son regard tomba sur une carte placée sur la table. Il l’examina, puis, avec un geste de dégoût, la jeta à terre. Je la ramassai et je lus :


Charles-Auguste Milverton,

Appledore Towers

Hampstead

Agent.


— Qui est-ce ? demandai-je.

— Un des hommes les plus infects de Londres, répondit Holmes en s’asseyant et en allongeant ses jambes devant le feu. Y a-t-il quelque chose d’écrit au dos ?

Je retournai la carte, et lus :

— Viendrai, 6 heures 30. C. A. M.

— Hum ! c’est à peu près l’heure. Avez-vous ressenti, Watson, une sensation de dégoût indéfinissable, lorsque, visitant les serpents au Jardin zoologique, vous avez pu examiner ces êtres venimeux, avec leurs yeux de cadavres et leur tête aplatie ? Eh bien, c’est l’impression que me produit Milverton ! J’ai eu dans ma car-