Page:Dujardin - À la gloire d’Antonia.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.






ÉDOUARD DUJARDIN

————

A la gloire d’Antonia

——


A Houston Stewart Chamberlain.


I



Glorieusement, je vous ai connue ; hors les apparences, hors toute relation et hors la vanité, non par un charme sensuel, une quelconque occurrence, non suivant la loi d’un vouloir étranger, mais tout idéalement, par la minime suscitation d’un nom.

En une heure de silence quelqu’un dit un nom ; un nom féminin : et j’entendis le nom ; j’entendis votre nom.

Ainsi je vous connus ; ayant ouï votre nom, oh féminin, je vous songeai.


II


Des yeux ouverts au rêve, des rares yeux très clairs, des pâles yeux, des yeux grands dans une clarté ; un regard doux, montant, profond ainsi qu’un jour lunaire ; des yeux grands et très clairs ; une face incolorée, incolorée comme une lune, et solitairement pâle comme la solitaire triste lune ; un rond visage de délaissée ; et le cadre de courts cieux noirs ; une encadrante chevelure, noire et s’arrondissant en le tour des blanches joues ; une courte exacte chevelure faisant à la

Anthologie Contemporaine.
Vol. 34. Série III. (N° 10.)