Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



sur ce trousseau. Z, Z, différens entrelacemens de fibres. *W, fibres transverses. 1, le faisceau antérieur de la veine-cave, tendineux, fort, placé devant l’orifice de cette veine presque transverse; il sort en partie du grand paquet *L, & en partie des fibres du paquet gauche *L. *D, faisceau gauche de la veine-cave, qui sort en partie des chairs moyennes, & en partie des fibres recourbées du faisceau postérieur. *Q, faisceau postérieur de la veine-cave, qui s’observe constamment large continu au tissu principal de l’aîle droite, & qui dégenere en partie dans le faisceau *D, en partie au-dessus de ce faisceau, en se prolongeant dans les fibres charnues moyennes. *L, faisceau droit de la veine-cave. *C, ce trou s’observe souvent pour l’artere phrénique, quand elle perce la couche inférieure du tendon, & se porte en cette couche & la couche supérieure. a a a, les chairs qui viennent des côtes. b b, les chairs qui viennent du ligament S, qui montent presque droites, & soûtiennent le rein & la capsule rénale. c c, les chairs qui proviennent de l’arc intérieur R. d e f g h, m *P, le pilier droit du diaphragme. d, l’appendice latérale externe. e, la seconde appendice. f, une autre portion de la seconde appendice. g, le tendon commun des deux portions e & f. h, l’appendice intérieure, dont une partie s’unit avec la portion g, & forme le tendon m, & en partie forme la colonne tendineuse k, qui en s’unissant à celle du côté gauche l, s’unit au rendon i, & s’insere dans la troisieme vertebre vers *P. o, appendice intérieure. p, appendice moyenne, q appendice extérieure. r, chair qui provient du ligament R, & répond à b. s, chair du ligament S, qui répond à b. t u w x, croix ou décussation des appendices intérieures au-dessous de l’oesophage. t, la cuisse droite & supérieure qui descend à droite. u, la seconde cuisse droite qui s’en va à droite & en bas. w, la troisieme cuisse plus grande, qui va de gauche à droite. x, la quatrieme cuisse plus grande, qui va de droite à gauche. y, la colonne droite de l’oesophage. z, la gauche. A B, le croisement des colonnes au-dessus de l’oesophage. A, la colonne droite antérieure. B, la gauche postérieure.

Figure 2. Le pharynx vû postérieurement d’après M. Duverney.

A, le muscle oesophagien. B, le crico-pharingien. C, le thyro-pharingien. D, le céphalo-pharingien. E, portion des condyles de l’occipital. F, commencement de la moelle épiniere. G G, une partie de la dure-mere qui recouvre le cervelet. H, la trompe d’Eustachi. I, le pérystaphylin interne. K, le ptérigo-pharingien. L, le mylo-pharingien. M, le glosso-pharingien. N, le stylo-pharingien. O, le stylo-hyoïdien. P, l’apophyse styloïde. Q, le digrastrique. R, le ptérigoïdien interne. S, l’oreille. T, les os du crâne. V, la trachée-artere.

Figure 3. Le larynx vû antérieurement d’après le même.

11 22, l’os hyoïde. 11, la base. 22, l’extrémité des grandes cornes. 33, ligament qui unit les grandes cornes de l’os hyoïde avec les grandes cornes 44 du cartilage thyroïde. 44 55, le cartylage thyroïde. 44, ses grandes cornes. 66, ligament qui unit le cartilage thyroïde avec l’os hyoïde. 77 77, la glande thyroïde. 88, le cartilage cricoïde. 9, 9, 9, 9, les cartilages de la trachée-artere. 10, le sterno-thyroïdien. 11, l’adeno-thyroïdien. 12, 12, le crico-thyroïdien. 13 13, l’hyo-thyroïdien.

Figure 4. Le larynx vû postérieurement d’après Eustachi.

a, la partie concave de l’épiglotte. b b, la face interne du cartilage thyroïde. l l, les grandes cornes. i i, les petites cornes. c c, le sommet des cartilages aryténoïdes. d d e, le cartilage cricoïde. d d ses deux petites éminences. f f, l’aryténoïdien transverse. g g, l’aryténoïdien oblique. gauche. h h, l’aryténoïdien oblique droit.


Figure 5. Le larynx ouvert & vù sur le côté, d’après le même.

A B, la face interne du cartilage thyroïde. A, la partie gauche. B, la partie droite. C D, l’épiglotte. C, la face convexe. D, la face concave. E, portion membraneuse de la partie latérale du larynx. F, sommet des cartilages aryténoïdes. G, aryténoïdien transverse. H, aryténoïdien oblique droit a, inséré au cartilage aryténoïde gauche. I L B, l’aryténoïdien oblique gauche a, qui vient de l’aryténoïde gauche. K, le thyro-aryténoïdien gauche a a, qui vient du cartilage thyroïde b, & s’insere à l’aryténoïde gauche. L, le crico-aryténoïdien latéral gauche a a, qui vient du cartilage cricoïde b, & s’insere à la base de l’aryténoïde gauche. M, partie de la base du cartilage aryténoïde gauche. N, le crico-aryténoïdien gauche. a a, la premiere origine du cartilage cricoïde. b, son insertion à la base de l’aryténoïde gauche. O, le cartilage cricoïde. P P Q Q R, la trachée-artere. P P P, les trois premiers anneaux cartilagineux. Q Q, les espaces mitoyens entre ces anneaux. R, la partie postérieure de la trachée-artere toute membraneuse.

PLANCHE VIII.
Les arteres d’après Drake.

Fig. 1. L’aorte ou la grande artere coupée dans son origine, à l’orifice du ventricule gauche du cœur. A, les trois valvules demi-circulaires de l’aorte, comme elles paroissent, lorqu’elles empêchent le sang de retourner dans le ventricule gauche pendant sa diastole. 22, les troncs des arteres coronaires du coeur, sortant du commencement de l’aorte. 3, le ligament artériel, qui n’est pas exactement représenté. 4, 4, les arteres souclavieres sortant de la grande artere, dont les arteres axillaires & celles du bras 23, 23, sont une continuation. 5, 5, les deux arteres carotides, dont la droite sort de la soûclaviere, & la gauche de l’aorte. 6, 6, les deux arteres vertébrales, sortant de la soûclaviere; elles passent par les apophyses transverses des vertebres du cou, d’où elles entrent dans le crâne par le grand trou occipital. 7, 7, les arteres qui conduisent le sang dans la partie inférieure de la face, la langue, les muscles adjacens, & les glandes. 8, 8, les troncs des arteres temporales, sortant des carotides, & donnant des rameaux aux glandes parotides & aux 9, 9, muscles voisins, au péricrâne & au devant de la tête. 10, 10, troncs qui envoient le sang dans la cavité du nez, & particulierement aux glandes de sa membrane muqueuse. 11, 11, les arteres occipitales, dont les troncs passent sur les apophyses mastoïdes, & se distribuent à la partie postérieure du péricrâne, où elles s’anastomosent avec les branches des arteres temporales. 12, 12, arteres qui portent le sang au pharynx, à la luette & à ses muscles. B B, petite portion de la base du crâne, percée par l’artere de la dure-mere, qui est ici représentée avec une portion de la dure-mere. 13, 13, contours que font les arteres carotides, avant que de se rendre au cerveau par la base du crâne. 14, 14, partie des arteres carotides qui passent de chaque côté de la selle sphénoïde, où elles fournissent plusieurs petits rameaux qui servent à former le rete mirabile, qui est beaucoup plus apparent dans les quadrupedes que dans l’homme. (Nota. Les arteres du cervelet sont confondues avec celles du prétendu rete mirabile). C, la glande pituitaire hors de la selle sphénoïde, placée entre les deux troncs tortueux des arteres carotides 14, 14. D D, arteres ophtalmiques sortant des carotides, avant qu’elles s’insinuent dans la pie mere. 15, contours que font les arteres vertébrales, en passant par les apophyses transverses de la premiere vertebre du cou, vers le trou de l’occipital. On a averti plus d’une fois que les cavités de ces arteres sont beaucoup plus larges dans l’endroit où elles se replient, que leurs