Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/118

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fig. 3. Membranes de la trachée-artere séparées les unes des autres. a, la membrane glanduleuse. b, la vasculeuse. c, la membrane interne.

4. Tronc d’une grosse veine disséqué. a a, la membrane externe ou la nerveuse. b, la vasculeuse. c, la glanduleuse. d, la musculaire.

5. Une partie de l’aorte tournée de dedans en-dehors. a a, la membrane interne ou la nerveuse. b b, la musculaire. c c, la glanduleuse. d, la membrane externe ou la vasculaire.

6. Vaisseaux lymphatiques.

7. Ramifications de la veine cave dans le foie.

8. de Ruisch. Parties des arteres distribuées dans le placenta.

9. L’artere pulmonaire.

10. Tronc de la veine pulmonaire.

PLANCHE IX.

Les troncs de la veine cave avec leurs branches disséquées dans un corps adulte, &c. d’après les Transactions Philosophiques.

Fig. 1. A A, l’orifice de la veine cave, comme elle paroît lorsqu’elle est séparée de l’oreillette droite du cœur. a, l’orifice de la veine coronaire du cœur. B A, le tronc supérieur ou descendant de la veine cave. C C A, le tronc inférieur ou ascendant, ainsi nommé du mouvement du sang dans ces troncs, D D, les veines soûclavieres. +, la partie de la veine gauche, qui reçoit le canal thorachique. b, la veine soûclaviere azigos, dont les branches aboutissent aux côtes. d d, les veines mammaires internes. E E, les branches iliaques droites & gauches. F F, les veines jugulaires internes. G G, les jugulaires externes. H H, les veines qui ramenent le sang de la mâchoire inférieure & de ses muscles. I I, les troncs des jugulaires internes coupés à la base du cerveau. f, les veines du thymus & du médiastin. g g, les veines des glandes thyroïdales. h, la veine sacrée. i, la branche iliaque interne. k, l’externe. K K, les veines occipitales. L, la veine droite axillaire. M, la céphalique. N, la basilique. O, la veine médiane. P, le tronc des veines du foie. Q, la veine phrénique du côté gauche. R, la veine phrénique droite. r, grande veine de la glande rénale gauche & des parties adjacentes. S, la veine émulgente gauche. T, la veine émulgente droite qui dans ce sujet est beaucoup plus basse que la gauche contre l’ordinaire. U U, les deux veines spermatiques. X X, deux branches qui communiquent du tronc ascendant de la veine cave à la veine azigos, par le moyen desquelles le vent passe dans le tronc descendant de la cave, lorsqu’on souffle dans l’ascendante aux points A P C; quoique le tronc aux points A P & C soit fortement attaché au chalumeau. *, branche non commune entre le tronc le plus bas de la veine cave, & la veine émulgente gauche. Y, veine qui ramene le sang des muscles du bas-ventre à la branche iliaque externe. Z, la veine épigastrique du côté droit. l l, la veine saphene. m, la veine crurale.

PLANCHE IX. n°. 2.
Les troncs de la veine porte disséqués & développés.

Fig. 2. A A A, les branches de la veine porte séparée du foie. a, la veine ombilicale. B, la branche splénique. C C, les branches mésentériques continuées depuis les intestins. b, le tronc de la veine pancréatique qui reçoit les branches qui viennent du duodénum. c c, la veine gastrique coronaire supérieure. D, la veine coronaire supérieure de l’estomac du côté gauche. E, la veine coronaire inférieure. 1, la veine épiploïque supérieure droite. 2, la gauche,


avec 3 sa médiane. F, la gastro-épiploïque. G, les veines appellées vasa brevia. H, la veine hémorroïdale, qui vient du rectum & de l’anus.

Fig. 3. La moëlle épiniere à gauche, d’après Huber. A, la partie antérieure de la premiere vertebre du col, élevée un peu obliquement en-haut. a, apophyse oblique supérieure de cette vertebre. b, son apophyse transverse. B B, production de la dure-mere, qui enveloppe la moëlle épiniere. C C, l’intervalle qui reste entre cette moëlle & la cavité des vertebres qui la renferme. 1, 2, 3, 4, &c. jusqu’à 30, les nerfs de la moëlle épiniere du côté gauché, avec leur ganglion.

Cette figure représente à droite:

A, espace occupé par le lobe renversé du cervelet & par son appendice uniforme B figuré simplement. C, portion de l’os pierreux & de l’occipital, recouverts de la dure-mere. D, une partie de la moëlle allongée, à laquelle la moëlle épiniere est continue. a, ligne blanche médullaire qui s’éleve du sillon du quatrieme ventricule, pour se joindre à la septieme paire. b, le quatrieme ventricule. c, sa rainure longitudinale continue en calamus scriptorius. d, éminence de la moëlle épiniere qui la termine. e e, ligament de la pie-mere, qui s’étend au milieu de la queue du cheval. f, le ganglion de la vingt-neuvieme paire de nerfs. g, le ganglion de la trentieme. F F, la dure-mere renversée de dessus la moëlle épiniere. G, le nerf de la septieme paire. H, la huitieme paire. I, l’accessoire de la huitieme paire. K, filets de communication des nerfs cervicaux entre eux. L, le ligament denticulaire qui séparé les filets qui partent de la partie antérieure de l’épine, de ceux qui partent de la postérieure. M, lien des corps pyramidaux postérieurs. N, les corps olivaires postérieurs. O, l’artere vertébrale. m m, filamens qui partent de la partie antérieure de l’épine, pour s’unir avec ceux qui partent de la postérieure. n, l’endroit où les filamens nerveux commencent à concourir & à former la base de la queue du cheval. o, endroit où la moëlle épiniere ne fournit plus de filets nerveux. p, origine des filets nerveux qui forment la queue du cheval. q q, la queue du cheval. 1, C jusqu’à 8, C, les nerfs cervicaux. 1, D jusqu’à 12, D, les nerfs dorsaux. 1, L jusqu’à 5, L, les nerfs lombaires. 1, S jusqu’à 5, S, les nerfs sacrés.

Fig. 4. Une portion de la moëlle épiniere de la partie supérieure du dos, & considérée en-dedans. A, le ligament de la pie-mere qui sépare la moëlle en partie droite & en partie gauche. B B, éminences qui ont la figure d’un ver à soie. C C, les filets nerveux qui partent de la partie antérieure de la moëlle épiniere. D, coupe horisontale de la moëlle épiniere. E, substance blanche qui environne F la substance cendrée.

PLANCHE X.
Neuvrologie d’après Vieussens.

Fig. 1. A, le tronc de la cinquieme paire. B, la grosse branche antérieure de la cinquieme paire. C, la grosse branche postérieure de la cinquieme paire. D, le tronc de la sixieme paire. a a, le tronc du nerf intercostal. E, le tronc de la huitieme paire. b, le nerf spinal, l’accessoire de la huitieme paire, qui à sa sortie du crâne est environné avec la huitieme paire par une membrane commune; d’où il lui paroît uni: mais peu après il s’en sépare en o o o. c, la neuvieme paire. d, filets de la neuvieme paire qui se jettent dans les glandes de la partie postérieure des mâchoires. e, la dixieme paire. f, rameau de la cinquieme paire, lequel va à la langue, excepté les rameaux g, g, g, qui se distribuent aux glandes maxillaires. h, filet de la portion dure du nerf auditif, lequel se joint au rameau f de la cin-