Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/129

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



rein, dans laquelle on voit les vaisseaux sanguins remplis de cire se distribuer de la même maniere que ci-dessus. C, les papilles rénales. D, le bassinet. E, la cavité du bassinet, dans laquelle les papilles séparent l’urine.

Fig. 5. d’après Duverney. A, la vessie, sur laquelle on observe les fibres longitudinales & transverses de sa membrane musculaire. B, l’ouraque. C, coupe de la vessie. D, paroi intérieure de la vessie. E, le vérumontanum, où on observe les orifices des vésicules séminaires. F, les orifices des glandes prostates, qui s’observenr sur les parties latérales du vérumontanum. G, les parois intérieures de l’urethre. H, les glandes prostates. I, origine des corps caverneux. K, le muscle ischio caverneux. M, coupe du muscle bulbe caverneux. N, glandes de Cowper. O, le conduit de ces glandes. P, l’orifice de ces conduits dans l’urethre. Q, coupe du tissu spongieux de l’urethre. R, la fosse naviculaire. S, coupe du tissu spongieux des corps caverneux. T, le gland. V, orifice des sinus muqueux de l’urethre. X, coupe du tissu spongieux du gland continu au tissu spongieux de l’urethre. Y, l’orifice du gland.

PLANCHE XXI.
La verge vûe de différentes manieres.

Fig. 1. La verge dépouillée de la peau, desséchée après l’avoir embaumée, & vûe dans sa partie inférieure, d’après Ruisch. A, superficie du tissu cellulaire, dépouillée de l’enveloppe extérieure épaisse & nerveuse: ce tissu cellulaire prend le nom de membrane adipeuse, lorsqu’il est rempli de graisse. B, le corps spongieux d’un côté. C, le conduit urinaire. D, la surface interne de l’enveloppe épaisse & nerveuse, dépouillée du tissu cellulaire. F, le gland, sur la superficie duquel on ne voit aucune papille, parce qu’elles ont disparu en séchant. G, épaisseur du tissu cellulaire après l’avoir gonflé. H, tête du tissu cellulaire. I, la cloison qui s’observe entre les deux corps caverneux.

Figure 2. La verge vûe par sa même face supérieure, dont les veines & la substance caverneuse ont été remplies de mercure, d’après Heister.

A, le tronc de la veine de la verge, par laquelle le mercure a été introduit, après avoir détruit la valvule de cette veine. B, B, division de cette veine en deux branches principales vers la partie moyenne de la verge. C, C, la distribution de ces branches en plusieurs rameaux, surtout proche la couronne du gland. D, D, distribution merveilleuse de petits rameaux sur le gland. e, e, e, e, certains vaisseaux plus petits, plus grands & très-gros, qui se distribuent dans différentes endroits. F, la fin de l’urethre par où sort l’urine. G, le cordon avec lequel la verge a été liée après qu’on y a eu introduit le mercure. H, la partie postérieure de la verge coupée.

Figure 3. La partie inférieure de la même verge, d’après Heister.

A, le petit frein de la verge couvert d’une infinité de petits vaisseaux. B, B, la couronne & le col de la verge, rempli d’un grand nombre de vaisseaux. C, C, toute la partie inférieure du gland couvert, comme la supérieure, de petits vaisseaux très-fins & tortueux. E, E, les deux corps caverneux de la verge, entre lesquels l’urethre est située & environnée d’un nombre prodigieux de vaisseaux qui communiquent & s’entrelacent de diverses manieres. F, la fin de l’urethre. G, cordon avec lequel on a lié la verge. H, la partie postérieure de la verge coupée.

Figure 4. La verge vûe dans la partie inférieure, & le canal de l’urethre coupé, &c. d’après Morgagni.

A A, le corps spongieux de l’urethre coupé dans sa longueur pour voir sa cavité. D, le plus grand des pe-


tits canaux de l’uretere ouvert & étendu; on voit aussi tout le long du canal un grand nombre d’orifices de pareils canaux. E, ligament suspensoire de la verge. F F, La membrane qui recouvre la verge, & qui est continue à ce ligament. g, une partie de cette membrane séparée de la surface des corps caverneux, & tirée en bas. H, partie du prépuce tiré en arriere, où l’on voit I le frein & quelques glandes sur le frein même. K, la couronne du gland, & ses glandes sébacées.

PLANCHE XXI. n°. 2.
Détail de la verge.

Fig. 5. d’après Graaf. A, les vaisseaux spermatiques coupés transversalement. B, ces mêmes vaisseaux représentés confusément. C, distribution de l’artere spermatique dans le testicule. D, D, distribution de la veine spermatique sur les parties latérales du testicule. E, la tunique albuginée. F, une partie de la tunique vaginale emportée. G, la plus grosse partie de l’épididime. H, partie moyenne de l’épididime. I, la plus petite partie de l’épididime. K, la fin de l’épididime, ou le commencement du canal déférent. I, ce canal coupé.

Fig. 6. d’après le même. A, l’artere spermatique. B, division de cette artere en deux rameaux. C, C, distribution du gros rameau au testicule. D, D, distribution du petit rameau au testicule. E, la plus grosse partie de l’épididime adhérante au testicule. F, l’épididime renversé, pour y découvrir la distribution de l’artere. G, la fin de l’épididime. H, une portion du canal déférent.

Fig. 7. d’après le même. Cette figure & la suivante représentent la communication des vésicules séminaires avec le canal déférent, telle qu’on la découvre dans le corps humain. A, A, partie épaisse & étroite des canaux déférens. B, B, partie des canaux déférens, moins épaisse & plus large. C, C, extrémité retrécie des canaux déférens, laquelle s’ouvre par un orifice étroit dans les vésicules. D D, col membraneux des vésicules, séparé en deux parties, de sorte que la semence de l’une de ces vésicules ne peut passer dans l’autre, que lorsqu’elle est parvenue dans l’urethre. E, E, les vésicules gonflées d’ait pour y découvrir tous leurs contours. F, F, vaisseaux qui se rendent aux vésicules séminaires. G, G, membranes qui retiennent les vésicules séminaires & les vaisseaux déférens dans leur situation. H, H, vaisseaux sanguins, qui se distribuent sur les parties latérales des canaux déférens, & qui les embrassent par leurs ramifications. I, le vérumontanum. K, ouvertures des conduits des prostates dans l’urethre. L, coupe des prostates. M, l’urethre ouverte.

Fig. 8. d’après le même. A, B, C, D, E, F, G, H, comme ci-dessus.

Figure 9. Le testicule, d’après Heisier.

A, la membrane albuginée séparée pour découvrir. B, B, les vaisseaux séminaires du testicule, fins comme des cheveux, desquels tout le testicule paroît composé.

PLANCHE XXII.
La matrice.

Fig. 1. d’apres Haller. A, la matrice. B, son épaisseur C, son col ouvert de côté. D, éminence formée par son orifice. E, les valvules de son col, qui se sont trouvées dans ce cadavre plus confuses qu’elles ne sont d’ordinaire. F, les œufs de Naboth. G, le ligament rond. H, la trompe du côté droit. I, ses franges. K, l’ovaire en situation. LL, différens petits œufs entiers & disséqués. M, les vaisseaux des grandes aîles. N, l’ovaire gauche couvert de cicatrices. O, une portion du péritoine, dont les vaisseaux sont des branches des vaisseaux spermatiques. P, l’artere spermatique. Q, le trone de la veine. R, les petites veines. S, le corps pampiniforme. T, les vaisseaux qui se distribuent à l’ovaire. V, autres vaisseaux qui se distribuent à la ma-