Page:Encyclopedie Planches volume1.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



Fig. 3. Les deux cardes du fileur. A B, la grande carde. C D, la petite carde.

4. Partie de la chaîne & des baguettes ou envergeures sur lesquelles les fils de la chaîne s’entrecroisent. a b, c d, couple de baguettes. e f, g h, autre couple de baguettes éloignées d’environ un pié de la premiere. Les deux baguettes d’une couple sont jointes ensemble par des S de fil de fer. r s t u, un des fils de la chaîne qui passe alternativement dessous & dessus une des baguettes de chaque couple. k l m n, second fil de la chaîne qui passe dessus & dessous les baguettes qui sont mises pour soûtenir la chaîne dans toute sa longueur, & conserver tous les en-croix que l’ourdisseur (fig. 1.) de la vignette y a pratiqués.

5. Une des deux pelotes revêtue de pluche de laine, dont les apprêteurs (fig. 2. 3. 4. 5.) se servent comme de vergettes pour étendre l’apprêt sur la chaîne. L’intérieur de la pelote est rempli de crin frisé.

PLANCHE II.
Maniere de peigner le coton.

Fig. 1. Premiere opération. Peigner du coton avec une seule carde.

1. bis. Flocons de coton faits à la main, après qu’on a séparé la graine.

2. Seconde opération. Continuation du peigner du coton, ou partage du coton sur deux cardes.

3. Troisieme opération du peigner du coton, ou transport du coton de la grande carde sur la plus petite.

4. L’étoupe du coton.

5. Flocon de coton lustré une premiere fois.

6. Flocon de coton lustré une seconde fois.

PLANCHE III.
Maniere de lustrer & de filer le coton.

Fig. 1. Lustrage du coton.

2. Filage du coton.

3. Mains du fileur vûes séparément.

4. L’ourdissoir. A, le tambour de l’ourdissoir. B C, roues qui mesurent la quantité de l’ourdissage. D d f, ressort qui avertit de la quantité de l’ourdissage. Lorsque le tambour a fait autant de tours qu’il en faut pour que la roue B en fasse un; & la roue B autant de tours qu’il en faut pour que la roue C en fasse un: alors la cheville d rencontre l’extrémité f du ressort D d f, passe & laisse revenir le ressort qui frappe un coup contre la cheville E.

PLANCHE IV.
Métier à faire la toile de coton.

Nota. Dans le texte ce sont des lettres majuscules, & dans les Planches on a mis des lettres minuscules.

Le haut de la planche représente le métier à faire la toile de coton, & l’ouvrier à son métier: ce métier n’a rien de particulier. a, le poids qui passe sur l’ensuple de derriere, & qui tend la chaîne. b b, l’ensuple & le chassis du métier. c, les lisses. d, les marches. f, l’ouvrier. Au bas de la Planche, le même métier vû de profil. Les mêmes lettres marquent les mêmes parties. e e, les maillons.

CULTURE DE LA VIGNE.
PLANCHE Iere.
Plant & plantations de la vigne.

Fig. 1. Gros sep de vigne en espalier.

2. & 3. Plan de crocette ou de bouture.

a, fig. 2. b, fig. 3. crocette ou bouture.

4. Deux brins de plant en racine a b, disposés comme ils doivent l’être dans la bovette.


Fig. 5. Plan de marcotte. a, brin passé par le panier b.

6. Autre plan de marcotte. a, brin passé à-travers une piece de gason b percée.

7. Plantation de vigne distribuée par planches.

8. Maniere dont la vigne veut être plantée.

9. Plan piqué droit, à ravaler ou provigner.

10. Vigne attachée à l’arbre ou saule.

11. Vigne moyenne.

12. Vigne basse.

13. Vigne dont on a déchaussé les racines pour en connoître l’âge.

PLANCHE II.
Suite de la Planche précédente, & outils.

Fig. 14. Houe à deux branches 22. Tarriere. 23. Serpette. 15. Houe simple. 24. Pioche de Bourgogne. 16. Sarcle, ou hoyau plat. 25. Maniere de déchausser 17. Bêche. la vigne. 18. Hoyau. 26. Choix du plant. 19. Raclette. 27. Maniere de greffer. 20. Crochets. 28. Greffe en tronc. 21. Maille.

29. 30. & 31. Différentes manieres de lier la vigne à l’échalat.

32. De l’exposition de la vigne.

33. & 34. Différentes manieres d’entasser les échalats, après qu’on a déchalassé; soit en mort (fig. 33.) ou sur des échalats fichés en terre en croix de saint André, en formant des chevalets, fig. 34.

35. Outil à écraser les limaçons

PRESSOIRS.
PLANCHE Iere.

Fig. 1. Pressoir à cage. H K, arbre. P Q, jumelles X Y, fausses jumelles. Z, chapeau des fausses jumelles. N O, chapeau des jumelles. R S, faux chantier. T, le souillard sur lequel les fausses jumelles sont assemblées. f f, contrevents des fausses jumelles. d, autres contrevents des fausses jumelles. V, patin de ces contrevents. m m, chantiers. g, h, i, k, la maye. p, beron. 3, clés des fausses jumelles. 4, mortoise de la jumelle. L M, moises supérieures des jumelles. a b, contrevents des jumelles & des fausses jumelles. E, la roue. E F, la vis. G, l’écrou. C D, moises de la cage. A B, fosse de la cage. W, barlong qui reçoit le vin au sortir du pressoir.

2. Pressoir appellé étiquet. A B, vis. 2, 3, 4, la roue. C D, écrou. 5, 5; 6, 6; 7, 7; clés qui assemblent les moises ou chapeaux. 8, 8, liens. G H E F, jumelles. K L, mouton. g k, la maie. Q M, R N, O P, chantiers. k l, faux chantiers. W, barlong. S, marc. T T, planches. I I, a b, garniture qui sert à la pression. V X, arbre ou tour. Y, roue. Z 2, la corde.

PLANCHE II. double.
Pressoir à double coffre. Élévation perspective du pressoir.

P P, chantier. L L, faux chantier. 8, 8; 9, ; 13, 13, &c. jumelles k, k, k, contrevents. m n, chapeaux des jumelles. 10, 10, &c. autres chapeaux ou chapeaux du befroi. 12, 12, traverses. t, s, chaîne. q, mulet. 14, 14, &c. flasques. y, y, y, y, pieces de maie. z, coins. p, p, p, pieces de bois appuis du dossier. x, x, x, x, x, chevrons. u u, écrous. A B, grande roue. E, roue moyenne. G, petite roue. D E, pignon de la moyenne roue. F G, pignon de la petite roue. H K, pignon de la manivelle. M, bouquets ou piédestaux de pierre. X, masse de fer. I. grapin. II. pelle. III. pioche. IV. & V. battes. R, Q, barlongs. V, soufflet. S, T, tuyau de fer blanc. T, entonnoir. V Y, grand barlong. Y Z, tuyau de fer blanc. a, b, c, d, 1, 2, 3, 4, 5, 6, tonneaux. g, g, f, f, h, chantier. e, e, chevalets qui soutiennent le tuyau de fer blanc.